QU’EST-CE QU’UN CAFÉ QUI RÉPOND AU LABEL AU BIO

Qu’est-ce qu’un café qui répond au label au bio ?

Nombreux sont les consommateurs à avoir adopté le bio comme un mode de consommation qu’ils généralisent pour la majorité des produits qu’ils consomment.

Toutefois, savez-vous vraiment ce que suppose ce label dans le domaine du café ? Quelles obligations sous-entend-il pour la production des grains ? Le café produit dans le respect de ce label est-il meilleur d’un point de vue gustatif ?

Le cahier des charges des cultures de café bio

Pour prétendre à ce label, un café devra avoir été cultivé dans certaines conditions, dans le plus grand respect des règles édictées pour encadrer cette appellation.

  1. Les cafés bio doivent avoir été cultivés sur des exploitations dans lesquelles aucun engrais chimique n’aura été utilisé pour enrichir la terre depuis au moins 3 ans.
  2. La lutte contre les ravageurs et les maladies doit être menée à l’aide de méthodes naturelles, interdisant l’emploi de tout pesticide. C’est une des bases de l’agriculture biologique.
  3. Une fois récoltés, les grains doivent être conservés à part des grains non-bio. Il est interdit qu’ils entrent en contact, sous peine d’être déclassés. Ce point est à respecter depuis la récolte, jusqu’à la torréfaction. Même durant le transport, les deux types de cafés devront être clairement conditionnés pour ne pas se mélanger. Chaque stock doit demeurer vierge de toute contamination.
  4. Peu importe l’espèce (arabica ou robusta), le café devra être torréfié séparément des grains issus de la production conventionnelle.
  5. 95% du café contenu dans un paquet bio doit répondre à l’ensemble de ces contraintes. Les 5% restants tiennent au fait qu’un cru peut avoir été mélangé à un autre pour obtenir un assemblage. Toutefois, passé ce seuil de 5%, le café est déclassé et ne peut pas prétendre à la certification bio.
  6. Le café bio est tenu de contenir moins de 1% (0,9% exactement) de traces d’OGM.

Il s’agit là des principaux points qui caractérisent le café bio. Ils répondent à un cahier des charges très strict et font l’objet de contrôles fréquents afin d’assurer aux consommateurs de ne pas être trompés.

Café bio et café équitable, est-ce la même chose ?

L’amalgame entre ces deux appellations est courant. Pourtant, un café bio n’est pas forcément équitable, tandis qu’un café équitable est souvent bio.

Café bio

Comme expliqué plus haut, la certification bio salue l’engagement des méthodes d’agriculture employée lors de la production des fruits. En achetant un café bio, le consommateur préfère opter pour un produit de consommation courante qui ne l’exposera à aucun produit chimique susceptible de nuire à sa santé.

Café équitable

L’appellation « équitable » signifie que les producteurs touchent un prix juste pour leur travail. Ce label vise à garantir que la production concernée ne s’est pas faite au détriment de la main d’œuvre.

De plus, une notion relative au respect du milieu naturel environnant les cultures fait partie intégrante de la notion « équitable ». Le respect de la diversité biologique et de l’équilibre qu’elle représente est également inclus dans le cahier des charges de ce label. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle un café équitable est souvent également bio.

Ces deux labels sont donc compatibles mais ne sont pas toujours attribués simultanément. En clair, un arabica peut être équitable et bio, tandis qu’un autre peut ne répondre qu’au label bio.

Le label bio est-il synonyme de qualité ?

A vrai dire, cette appellation ne se concentre absolument pas sur le goût, mais sur les conditions de culture, de récolte et de traitement du café.

En aucun cas il ne peut être considéré comme un gage de qualité gustative. Il s’avère que de nombreux cafés considérés parmi les meilleurs ne relèvent pas de méthodes d’agriculture biologique.

Attention donc de ne pas vous laisser berner par une appellation souvent mise en avant à tort en matière de propriétés gustatives. En revanche, il est exact de considérer que l’on peut avoir le choix de consommer un café qui ne nous exposera pas à des produits dont on ne connaît pas les effets sur l’organisme.

Le label bio est-il le même partout ?

L’OIC (organisme international du café) veille à homogénéiser les standards à travers le monde. Même si à l’échelle de l’agriculture de chaque pays, le label bio n’est pas attribué selon les mêmes chiffres, le marché du café tend à uniformiser les attentes au niveau international. Ainsi, le label AB (agriculture biologique) français est apposé sur des cafés reconnus bio dans leur pays d’origine.

Si pour le reste de la production agricole mondiale, tous les seuils ne sont pas identiques pour répondre à ce label, le marché est contrôlé de façon très stricte à l’échelle mondiale.

Il est donc rassurant de savoir qu’un café issu d’une culture biologique est capable de répondre à des standards reconnus en France, à la fois qu’en Europe et dans la plupart du monde.

Les cafés d’origine sont-ils bio ?

Pour ce qui est de l’appellation d’origine, elle ne révèle que la provenance du café. Elle ne prend pas en compte les méthodes selon lesquelles les producteurs l’ont cultivé.

Toutefois, de plus en plus de pays proposant une variété endémique à l’exportation tachent de faire valoir la qualité de leur travail en veillant à cultiver leur café selon le cahier des charges édicté par la certification bio. Ainsi, le Mexique et le Honduras par exemple, proposent la plupart de leur café d’origine estampillé de la mention bio.

Il faut donc prêter attention à l’éventuelle présence du logo « AB » sur un café d’origine pour s’assurer qu’il respecte vos convictions en matière de consommation.

Le bio,
c’est avant tout un mode de consommation

Choisir de consommer exclusivement du café bio, c’est saluer les efforts des producteurs en matière de respect de la santé et de l’environnement. C’est également choisir de ne pas s’exposer à d’éventuelles substances, potentiellement nocives pour la santé.

Toutefois, il est important de garder à l’esprit que ce label ne qualifie en rien la qualité gustative d’un café. Une fois conscient de ce fait, libre à chacun de consommer le café qui lui plait le plus. Dans tous les cas, l’essentiel est le plaisir que l’on retient de la dégustation de chaque tasse. Libre à vous donc de trouver votre bonheur où vous l’entendez.

Vous aimerez aussi