LE CAFÉ MAX HAVELAAR

Le café Max Havelaar :
l’association pour la protection des petits producteurs

Selon les pays, cette association porte le nom de Max Havelaar ou Fairtrade et cherche à protéger les petits exploitants en leur permettant de bénéficier d’un soutien et d’une rémunération équitable aux vues de leur travail.

Souvent, on parle du « label Max Havelaar » comme d’une garantie permettant de s’assurer de l’équité de la rétribution qu’en tire les producteurs. En réalité, il s’agit d’un label qui tient compte de certains facteurs pour aider les paysans des pays les plus défavorisés à tirer parti de leur travail.

Comment fonctionne l’association Max Havelaar ?

Représentée au sein de nombreux pays, elle répond par exemple en France au statut « d’association loi 1901 ». Son but n’est donc pas de tirer profit de son activité, mais plutôt d’aider les producteurs mondiaux.

50 inspecteurs sillonnent ainsi les plantations de 74 pays pour s’assurer que les fonds alloués au développement sont bien employés pour favoriser l’activité agricole des producteurs locaux. En plus de leur permettre de s’assurer d’être justement rémunérés pour leurs grains, elle fournit également du matériel afin que l’activité caféière soit pérenne. Elle noue également des partenariats, qu’elle encadre, avec des distributeurs dans les pays consommateurs.

L’association est ainsi présente dans plus de 35 pays consommateurs de café et permet à environ 1,5 millions de producteurs à travers le monde de bénéficier de ses services. Elle permet ainsi aux paysans locaux de se structurer, appréhendant leur développement à l’échelle de communautés entières. Il ne s’agit donc pas de permettre à un seul producteur d’aller de l’avant, mais de privilégier le développement de villages entiers.

C’est depuis la fin des années 80 et l’annulation de l’Accord International du Café qui régulait les cours, que la création d’associations pour assurer un prix décent est devenue nécessaire. Sans l’intervention de telles associations, certains producteurs peinent à vivre de leur travail. C’est d’ailleurs le cas dans certains pays où Max Havelaar et Fairtrade n’ont que peu d’impact. Les paysans qui y vivent doivent parfois vendre leur stock ou leur production à perte.

A noter : Ce qui est vrai pour le café, l’est également pour le cacao et le chocolat en général. Max Havelaar intervient également auprès de producteurs produisant des denrées dont le prix est soumis à de fortes variations.

Quel est le rôle du label Max Havelaar ?

En réalité, ce label est attribué aux producteurs répondant à certains critères, qui ne se basent pas uniquement sur la culture en elle-même :

  1. Respect des individus amenés à collaborer dans le travail permettant la production.
  2. Mise en place de coopératives permettant de structurer les producteurs en organisation ayant un poids économique.
  3. L’association favorise le contrôle du négoce par ces coopératives. Dans certains pays, les intermédiaires ont quasiment disparu, permettant ainsi aux producteurs de traiter directement avec les distributeurs ou les marques. Le prix qu’elles tirent de leur travail est nettement supérieur.
  4. Elle favorise également le déploiement de structures et d’investissements permettant l’amélioration des conditions de travail et les rendements obtenus.

Ce label permet donc aux producteurs d’avoir davantage de contrôle sur l’argent qu’ils tirent de leur travail.

Ce système de fonctionnement permet également au client final de s’assurer d’un mode de consommation responsable, et aux producteurs de travailler dans des conditions décentes, tant du point de vue économique que matériel.

Vous aimerez aussi